La symbolique mystique de l'Arche de Noé - exégèse biblique et interprétations

L’Arche de Noé fascine les exégètes depuis des siècles. Au-delà de la lettre du texte biblique, que figure-t-elle ? A l’heure où la montée des eaux n’a plus rien d’une figure littéraire, à l’heure où la préservation des espèces pose d’innombrables questions matérielles et scientifiques, nous pouvons réexplorer le texte de la Genèse avec profit.

 

L’Arche de Noé fut pour les Pères de l’Eglise une source intarissable de réflexions métaphysiques.


« La porte que l'arche reçut sur le côté, c'est assurément la blessure qu'ouvrit la lance dans le côté du Crucifié : par là, en vérité, entrent ceux qui viennent à lui, car de là découlèrent les sacrements par lesquels les croyants sont initiés » (Saint Augustin, De la cité de Dieu, 15, 26, 1)


« Il (Dieu) construit donc une arche et y aménage des « niches », c’est-à-dire des sortes d’abri pour recevoir les différentes espèces d’animaux. Sur quoi, le prophète dit : « Va, mon peuple, entre dans tes abris, cache-toi pour quelques instants jusqu’à ce que la violence de ma colère ait passé. » (Is. 26, 20) » (Origène, Homélies dur la Genèse)


Ici, Origène justifie l’organisation hiérarchique de l’Eglise par la figure de l’Arche de Noé, et aux divers compartiments recueillant les sauvés. De nos jours, les interprétations symboliques de l’épisode biblique vont aussi fort loin. Ainsi, selon le philosophe atypique Marc-Alain Ouaknin :


« Dans le récit du Déluge, l’Arche est désignée par le mot hébraïque téva, qui signifie à la fois l’"arche" et le "mot". Donc, quand Dieu dit à Noé « Construis-toi une arche », il dit en même temps, construis un mot. Il lui explique qu’il sera sauvé par sa capacité à entrer dans le langage, à retrouver les mots, à retrouver la langue » (Marc-Alain Ouaknin, philosophe, Le Monde des religions, hors-série n°33, décembre 2019)


Il serait utile de ramasser massivement les interprétations concernant l’Arche de Noé depuis des siècles, que ce soit dans la tradition chrétienne ou judaïque. La fantaisie interprétative guette naturellement tout lecteur, et il convient d’être vigilant sur ce point. L’utilisation de passages bibliques pour évoquer toutes sortes de thématiques est dangereuse.

 

A ce sujet, un excellent livre peut nous éclairer. Il s’agit d’une apologie originale de l’Eglise, à partir d’un récit de vie atypique : celui de Gaëtan Poisson, ancien séminariste, qui découvrit sur le tard son homosexualité. Au fil des pages, l’auteur nous met en garde contre les interprétations tendancieuses de la Bible et des évangiles visant à justifier tout et n’importe quoi.
L’ouvrage fourmille d’arguments apologétiques, de citations d’artistes, de philosophes, de théologiens à propos de la religion, de l’homosexualité, de son rapport à la foi.


Un excellent livre, sorti chez le très sérieux éditeur Téqui, et intitulé « L’homosexualité au risque de la foi – Le témoignage d’un gay qui défend l’Eglise ». Il s'agit d'une belle apologie du discours catholique, évitant les dérives intégristes et les raccourcis polémiques. 


Gaëtan Poisson « L’homosexualité au risque de la foi – Le témoignage d’un gay qui défend l’Eglise », Téqui, 2020

 


Pour aller plus loin


Exégèse biblique


L’Arche de Noé

 

 

 


 

à lire aussi

Petites règles d'exégèse biblique, selon Jacques Vermeylen

Petites règles d'exégèse biblique, selon Jacques Vermeylen

Comment interpréter le texte biblique, selon le père belge Jacques Vermeylen.

Entretien - Mgr Jacques Ahiwa. L'exégèse, les quatre sens de l'Ecriture, l'Evangile de Jean

Entretien - Mgr Jacques Ahiwa. L'exégèse, les quatre sens de l'Ecriture, l'Evangile de Jean

Mgr Jacques Ahiwa, spécialiste de l'Evangile johannique, nous offre des clés d'exégèse.

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Analyse philosophique de The Good Wife - bonnes séries TV

Analyse philosophique de The Good Wife - bonnes séries TV

Analyse philosophique et critique de la série TV The Good Wife

 

 

Le préjugé, cet inconnu trop connu

Le préjugé, cet inconnu trop connu

Petite réflexion théorique sur le préjugé social, qui gangrène nos sociétés. Kant et Bourdieu en question

 

 

Amine, 16 ans, tué à coups de marteau: ne dramatisons pas?

Amine, 16 ans, tué à coups de marteau: ne dramatisons pas?

Amine, 16 ans, est mort samedi 18 janvier à midi. L'adolescent n'a finalement pas survécu au coup de marteau reçu la veille en pleine tête, lors d'une bagarre aux abords de Paris.

 

 

French theologians used to be good

French theologians used to be good

The good old days... When french theologians like Henri de Lubac, Yves Congar or Daniélou were able to magnetize christian thinkers, from all over the world. This time is over.