Martin Luther King, la religion et Dieu

 

Martin Luther King est le géant humain que l’on sait, tombé en 1968 sous les balles d'un meurtrier inconnu. Ce que l'on sait un peu moins, c'est que toute l’énergie de son combat, il l’a puisée dans sa foi en Dieu. Aussi, son œuvre est de nos jours circonscrite à l’antiracisme, qui procède en réalité d’une réflexion spirituelle plus large. C'est un fait: en s’universalisant, l'enseignement du pasteur King a été séparé de sa matrice religieuse, laquelle nous aide pourtant à comprendre le cheminement de sa pensée, jusqu'à l'aboutissement humaniste que l'on connaît.

 

Il serait temps de réinvestir la teneur proprement théologique de ses discours, qui a trop longtemps survécu dans l’ombre.

 

Le mal porte en soi le germe de sa propre destruction" (Martin Luther King, La force d'aimer, 1964)

 

Martin Luther King était avant tout pasteur, prêcheur, apôtre d’un Dieu qu’il proclamait devant tous. Son rapport à sa propre confession était critique ; ainsi, il rejetait particulièrement l’idée protestante de la corruption radicale de l’homme à la suite du péché originel, se ralliant implicitement sur ce point à la conception catholique, plus optimiste (suite au péché originel, l'homme demeure tout de même capable de s'élever en partie par lui-même jusqu'à Dieu. Ce n'est plus le cas dans le protestantisme, où seule la grâce de Dieu peut le "repêcher") 

 

 Les doctrines de la justification par la foi et du sacerdoce universel des croyants sont des principes de base que nous, protestants, devons toujours professer, mais la doctrine de la Réforme sur la nature humaine a exagéré la corruption de l’homme. La Renaissance était trop optimiste, la Réforme fut trop pessimiste » (Martin Luther King, La force d’aimer, 1964)

 

C'est une vérité quelque peu dérangeante: Martin Luther King croyait fermement au péché originel, en la "culpabilité de l'homme", au sens métaphysique. Cette conviction n'avait rien d'obscurantiste ou de passéiste en soi. Elle signifiait simplement, et notre époque actuelle l'a largement oublié, qu'étant tous "pécheurs", c'est-à-dire limités, aucun peuple, aucune race sur cette terre ne peut se prévaloir d'une quelconque supériorité naturelle sur les autres. Le sens du péché originel est fondamentalement celui-ci, en dépit des interprétations théologiques qui incurvèrent trop souvent son intelligibilité, en sexualisant la Faute.

 

Biographies de famille: service Mont des lettres

 

Les générations actuelles sont tributaires de ce malentendu historique, qui nous laisse assimiler le péché originel à une sorte d'élucubration cléricale arriérée. Triste ironie: notre parti-pris "progressiste" résulte de cette déformation, on la "croit" tellement qu'on n'y perçoit plus que le naturel du péché originel. Martin Luther King, lui, s'était renseigné. Le péché originel disait l'unité, la solidarité fondamentale de l'humanité entière, toute absorbée dans l'imperfection naturelle; dès lors, impossibilité d'établir de quelconque race pure sur cette terre.

 


 Enseignant à juste titre la culpabilité de l’homme et son impuissance à se sauver lui-même, la Réforme (protestante) affirme à tort que l’image de Dieu avait été complètement détruite en l’homme. Ceci conduit au concept calviniste de la corruption totale de l’homme et à une résurgence de l’idée terrible de la damnation des enfants » (Martin Luther King, La force d’aimer, 1964)

 

Pierre-André Bizien

 


 

à lire aussi

Bons plans meilleurs commerces quartier Montorgueil – Les Halles - Paris 2e

Bons plans meilleurs commerces quartier Montorgueil – Les Halles - Paris 2e

Quelles sont les meilleures pâtisseries et quels sont les commerces les plus tendance de la rue Montorgueil, dans le 2e arrondissement et vers le quartier des Halles?

Comment Dieu répond aux hommes, un cas d'école - Julien Green

Comment Dieu répond aux hommes, un cas d'école - Julien Green

Décrypter le langage de Dieu, les indices de communication divine, selon l'écrivain catholique Julien Green

Les symboles dans la Bible: eau, guerres, arc, montagnes, Afrique... Ce qu'en dit Habacuc

Les symboles dans la Bible: eau, guerres, arc, montagnes, Afrique... Ce qu'en dit Habacuc

Que symbolisent l'eau, la guerre, les montagnes, le léopard, dans la Bible et l'Ancien Testament, notamment dans le livre d'Habacuc? Réponses avec La racine d'Habaquq

Caen, 1971: bastonnade et procès d'un professeur en pleine fac (C'était mieux avant?)

Caen, 1971: bastonnade et procès d'un professeur en pleine fac (C'était mieux avant?)

De nos jours, il nous arrive de regretter le passé, son insouciance et sa candeur. Encore un cliché en acier trempé.

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

'' I'm muslim, don't panik ''  : qui préjuge de l'Autre ?

'' I'm muslim, don't panik '' : qui préjuge de l'Autre ?

« I’m Muslim, don’t panik ». La semonce claque, impérieuse et péremptoire. Elle est reprise des paroles du morceau « Don't panik », écrit et interprété par le rappeur français Médine.

 

 

Alain Soral, les juifs et la question antisémite

Alain Soral, les juifs et la question antisémite

Le polémiste Alain Soral est-il antisémite? Derrière cette question récurrente, peut-on corréler anti-judaïsme et antisémitisme?

 

 

Caen, 1971: bastonnade et procès d'un professeur en pleine fac (C'était mieux avant?)

Caen, 1971: bastonnade et procès d'un professeur en pleine fac (C'était mieux avant?)

De nos jours, il nous arrive de regretter le passé, son insouciance et sa candeur. Encore un cliché en acier trempé.

 

 

Radicalisation religieuse en Occident. La faute à qui?  - Père Bernard Vignot

Radicalisation religieuse en Occident. La faute à qui? - Père Bernard Vignot

Les carnages sanglants attribuables à l'islam radical ne résultent-t-ils pas, aussi, de causes indirectes? Par-delà l'angélisme, posons la question