Caricatures et religions: une solution radicale

On se souvient des diverses affaires qui ont scandé l’actualité de ces dernières années : caricatures de Mahomet parues dans Charlie Hebdo, scandale du Piss Christ, celui du film anti-islam posté sur internet, la pièce Golgota picnic…


Parallèlement, nous assistons à l’émergence inquiétante de propositions de lois anti-blasphème au sein-même des démocraties occidentales, ainsi qu’à la réapparition de la haine anti-religieuse  (mouvement des Femen)…

 

De part et d’autre du spectre politico-passionnel, l’opinion publique se déchire à coups d’arguments fallacieux. Puérilement, on se réfère aux grands principes démocratiques qui servent nos pulsions tout en taisant ceux qui nous gênent ; ainsi, systématiquement, le partisan de la caricature anti-religieuse invoquera la règle sacrée (!!) de la liberté d’expression, tandis que le censeur moraliste se réfèrera aux lois anti-discrimination, au respect dû à la culture de chacun.


Chaque camp, donc, enrôle la législation démocratique en sa faveur, tout  en l’amputant subrepticement. Les adversaires idéologiques se retrouvent dès lors facticement dans l’exigence du respect de la légalité juridique, et de fait, c’est à chaque fois l’inclination idéologique du juge qui tranche. Derrière ce scandale d’hypocrisie généralisée, nous percevons un mal autrement plus inquiétant : l’instrumentalisation sectaire et corporatiste des grands principes de la Nation, et donc, par extension fatale, corruption idéologique caractérisée.

 

Une solution radicale à ce néant existe pourtant, et elle ne risque pas de plaire aux partisans de la société post-confessionnelle…

 

Expliquons-nous :

 

prenons enfin au mot le Droit, tout le Droit, et, plutôt que de réguler, conditionner le droit à la caricature, étendons-le tout simplement. Etendons sereinement aux religions le privilège démocratique que l’on réserve aux laïcards: celui de caricaturer impunément l’adversaire idéologique, afin d’énoncer une vérité profonde par le biais du rire et de la simplicité. En un mot acceptons, comme nous aurions dû le faire depuis des décennies, que les religions elles aussi puissent railler lestement les patates chaudes de la société civile (sexualité, homosexualité, absence de valeurs…).

 

Que le camp laïque ait enfin la largesse (que l’on exige pourtant chaque matin des Eglises) d’accepter d’être chahuté, bousculé par le croyant, le religieux, sans crier à l’extrémisme et au scandale. On mesure combien ce minimum élémentaire aurait de mal à être accepté par le parti autoproclamé de la liberté d’insolence.

 

Dans les faits, les laïques ont privatisé cette fameuse liberté d'insolence en en faisant une prérogative à sens unique: quotidiennement, dès qu’une personnalité religieuse tente un mot d’humour ou un petit discours provocateur vis-à-vis de la société civile, il est immédiatement accusé de l’extrémisme le plus rance (cf. les foucades sympathiques du cardinal André Vingt-Trois, celles du cardinal Barbarin).


Nous devons tout simplement opérer une révolution mentale : accepter contractuellement des deux "partis" le droit mutuel à l’insolence et à la tranquillité afférente.

 

Plutôt que de limiter, d’aménager la liberté d’expression afin de complaire aux susceptibilités cléricales, acceptons tout simplement de l’étendre et de la rendre enfin paritaire. Dès lors, c'est le conservatisme du camp des anti-religieux qui risque de freiner des quatre fers devant une telle perpective… et pour cause: des chrétiens, des musulmans qui pourraient en toute tranquillité moquer les dérives de l'idéologie des sans-dieu dans la presse… quel scandale, ma bonne dame !


Pierre-André Bizien

 


 

à lire aussi

POV politique

POV politique

Sexe et politique. Thématique sulfureuse et apparemment banale. L'émergence d'internet et de la morale de la débraille changent pourtant la donne

La République et l'Eglise: je te hais, moi aussi

La République et l'Eglise: je te hais, moi aussi

En 1890, le pape demande aux catholiques français de se rallier à la République... anticléricale. Gros plan sur le tragicomédisme d'une querelle éternelle

L'incohérence argumentative des partis politiques français

L'incohérence argumentative des partis politiques français

Au-delà du clivage politique officiel intégré dans les consciences, interrogeons l'identité foncière des notions de droite et de gauche en France

Fédéralisme européen: méfiez-vous des enchanteurs

Fédéralisme européen: méfiez-vous des enchanteurs

Le fédéralisme européen: panacée providentielle ou mirage politique méta-nationaliste?

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Géopolitique des métaux rares

Géopolitique des métaux rares

Introduction à la géopolitique des métaux rares. Un article d'Alexandre Depont

 

 

Ce jour où Picasso défendit la religion chrétienne - le peintre et la foi

Ce jour où Picasso défendit la religion chrétienne - le peintre et la foi

Le peintre Picasso ne croyait pas vraiment en Dieu, ni en son Eglise. Et pourtant...

 

 

Le siège d'Alésia (52 av J-C) - La bataille décisive de la guerre des Gaules

Le siège d'Alésia (52 av J-C) - La bataille décisive de la guerre des Gaules

La bataille d'Alésia expliquée en détail. Un épisode majeur de la guerre des Gaules

 

 

Delphine Horvilleur, un rabbin singulier

Delphine Horvilleur, un rabbin singulier

Delphine Horvilleur, 39 ans, est l'une des deux seules femmes rabbins de France. Ses positions religieuses libérales et son charisme singulier nourrissent sa popularité au sein de la communauté juive, et au-delà.