Les orthodoxes russes sont-ils devenus catholiques?

 

Suite à un sondage posé à la communauté orthodoxe de Russie en 2016, une information pour le moins délicate est apparue. Le fait a été rapporté par le chercheur Sergei Chapnin, dans Le Monde daté du 4 août 2017.
Le sondage posait la question dans les termes suivants :

 


«Laquelle de ces affirmations vous paraît-elle juste :
-Le Saint Esprit procède du Père et du Fils [NDLR: conception catholique latine]
-Le Saint Esprit procède du Père [NDLR: conception orthodoxe]»

 


Contrairement à ce que l’on était en droit d’attendre, le résultat fut détonnant : 69% des orthodoxes interrogés répondirent que le Saint Esprit procède du Père et du Fils, soit la conception catholique latine. Le malaise est abyssal : qu’une majorité d’orthodoxes russes optent désormais spontanément pour la position théologique catholique plutôt que l’orthodoxe concernant la querelle du Filioque (l’une des raisons majeures du schisme entre orthodoxes et catholiques), voici qui ne laisse pas d’interroger.


La surprise s’accroît encore si l’on considère l’hostilité culturelle assez virulente du monde orthodoxe envers le catholicisme. Rappelons que suite à la levée des excommunications réciproques entre catholiques et orthodoxes par le Pape Paul VI et le patriarche Athénagoras (1964), ce dernier avait été largement conspué au sein du monde slave.

 

Dans un registre proche, en février 1998, le secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises (le protestant occidental Konrad Raiser) rendait visite à des étudiants et à des moines orthodoxes de l'Académie théologique de Moscou. A son arrivée, les jeunes hommes se mirent à l’injurier violemment, sous l’œil bienveillant des hiérarques religieux présents. Mortifié, Konrad Raiser entendit que sa démarche œcuménique, le combat de sa vie, était tout simplement… "hérétique". Le cœur gros, il confiera plus tard que cet événement fut le pire souvenir de sa carrière.

 

 

Au-delà du Filioque, les relations catholiques-orthodoxes

 

 

Tentons de prendre un peu de hauteur. A bien des égards, la querelle du Filioque est dépassée entre frères catholiques et orthodoxes. Un certain nombre de théologiens orthodoxes suivent ainsi la belle déclaration de Paul Evdokimov:

 

« A l’heure actuelle les deux spiritualités, occidentale et orientale se complètent, on peut y appliquer le distique d’Evagre : "Le gnosticos et le practicos se sont rencontrés, et au milieu des deux se trouvait le Seigneur" » (Les âges de la vie spirituelle)

 

D’autre part, les théologiens et penseurs catholiques avouent régulièrement leur admiration concernant tel ou tel champ de la confession orthodoxe :


« J’aime l’orthodoxie (…) ce que j’aime en elle, c’est le sens profond et unifié qu’elle a de la Tradition. L’orthodoxie relie spontanément à leur centre tous les éléments de la Révélation » (Yves Congar, Ecrits réformateurs, édition 1995)


« J’ai vu bien des cérémonies religieuses dans ma vie, mais aucune n’atteint à la splendeur de la messe orthodoxe. Ce qui en approche le plus est la messe des églises orientales restées fidèles à Rome » (Julien Green, Ce qu’il faut d’amour à l’homme, 1978)


« Catholique, j’ai toujours cru sans difficulté à la vocation de l’Eglise orthodoxe. Délivrée par la Révolution de son assujettissement au tsarisme, elle est devenue martyre » (François Mauriac, Bloc-notes, 3 décembre 1969)


Parfois, aussi, la parole catholique est encore sévère contre le monde orthodoxe. Ne nous leurrons pas.


« Sur le terrain de la vie chrétienne et de la piété liturgique, comme dans le domaine doctrinal, ce qui a manqué à l’Eglise orthodoxe, c’est un véritable centre de communion, un magistère capable de réprimer les abus, d’imposer les réformes pertinentes, de favoriser les forces nouvelles suscitées par l’Esprit (…). En raison de cette carence l’Eglise orthodoxe ne put apporter dans le monde le témoignage qu’on eût été en droit d’attendre d’elle » (Père Marie-Joseph Le Guillou, L’Esprit de l’orthodoxie grecque et russe, 1961)


Il serait enfin bien malhonnête de laisser penser que l'inculture religieuse ne concerne pas la communauté catholique... A ce sujet beaucoup pourrait être dit. A présent, il reste aux croyants catholiques et aux orthodoxes de fraterniser davantage, dans la lignée de ce qu’Athénagoras et Paul VI ont su produire grâce à l’Esprit Saint… que celui-ci procède seulement du Père, ou bien du Père et du Fils.


Pierre-André Bizien

 

 

Pour aller plus loin 


La théologie japonaise au XXe siècle


Erreurs et limites des Pères de l’Eglise


Dialogue interreligieux – quelques bons mots


Les catholiques faussaires

 


(Crédit photo : Adnan Abidi, Reuters)

 


 

à lire aussi

Anecdotes religieuses (3)

Anecdotes religieuses (3)

Sélection de diverses anecdotes religieuses: islam, christianisme...

Jean Guitton face au judaïsme et à l'islam

Jean Guitton face au judaïsme et à l'islam

Que pensait Jean Guitton, l'une des grandes consciences catholiques du XXe siècle, de l'islam et du judaïsme?

Oecuménisme et dialogue interreligieux. Ne pas confondre!

Oecuménisme et dialogue interreligieux. Ne pas confondre!

Le père Bernard Vignot nous livre une réflexion sur l’oecuménisme et le dialogue interreligieux

Quelques théologiens chrétiens contemporains

Quelques théologiens chrétiens contemporains

Portrait rapide de quelques théologiens d'aujourd'hui: John P. Meier, Jürgen Moltmann, Miroslav Volf, Eberhart Jüngel, Christos Yannaras, Wolfhart Pannenberg

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

La guerre du Chaco (1932-1935) - massacre fratricide en Amérique du Sud

La guerre du Chaco (1932-1935) - massacre fratricide en Amérique du Sud

Peu avant la Seconde Guerre mondiale, la Bolivie et le Paraguay entament une lutte à mort qui fera de très nombreuses victimes

 

 

Le langage, source de l'incompréhension entre les hommes?

Le langage, source de l'incompréhension entre les hommes?

A chaque instant, Babel nous éprouve, et le langage n'est pas toujours le meilleur allié de la communication. Explications.

 

 

Antiracisme: le parricide au quotidien

Antiracisme: le parricide au quotidien

L'antiracisme est moribond. Les passions identitaires l'ont progressivement submergé. L'extrême droite, qui est diverse et multi-raciale, est en passe de le remplacer

 

 

Le judaïsme autocritique - la critique des crimes d'Israël par les juifs

Le judaïsme autocritique - la critique des crimes d'Israël par les juifs

Le monde juif est réputé faire bloc derrière un Israël aveugle. La dénonciation juive des crimes d'Israël est pourtant une réalité