Réflexions sur le Grand remplacement, Schiappa, Camus - citations, arguments

Sait-on que Renaud Camus a lui-même relativisé sa propre théorie du Grand remplacement, sur le plateau de TVLibertés le 2 mars 2017 ?

Il mettait notamment en garde contre une interprétation primaire de l’expression ; quelques mois plus tard, il précisait même que le Grand remplacement n’est pas un concept mais un syntagme, et reconnaissait la relativité de ce syntagme : « tous les noms sont imparfaits », ainsi la Guerre de Cent ans n’a pas duré 100 ans mais 107 (Renaud Camus, Répliques, 10 juin 2017).


Quoi qu’il en soit et comme toujours, le terme a échappé à son auteur en se popularisant dans la société. Le Grand remplacement est de nos jours synonyme de sombre fantasme aux relents racistes, et les excès de langage ne se comptent plus.


Etonnamment, le démographe de gauche Hervé Le Bras a lui-même affirmé « Je ne suis pas contre l’idée d’un grand remplacement » (Répliques, 2 juin 2017), en précisant :


« Ce qui est en train de se produire, c’est une population d’origine mixte est en train de remplacer une population qui était non pas d’une origine fermée mais d’une origine moins mixte, plus homogène » (Hervé Le Bras, Répliques, 10 juin 2017)
Evidemment, les théories racistes se sont largement emparées de l’expression pour l’outrer à l’écarlate, la rendant ainsi proprement in-signifiante. Mais Renaud Camus lui-même, il faut le reconnaître, pose dans ses propos civilisationnels une charge polémique certaine. Notamment lorsqu’il parle d’« occupation », et qu’il compare le grand remplacement à une colonisation décuplée :


« Je pense au contraire que la France et même l’Europe dans son ensemble sont beaucoup plus colonisées qu’elles n’ont jamais colonisé l’Afrique ; colonisées beaucoup plus gravement, beaucoup plus profondément, puisque c’est une colonisation démographique. C’est-à-dire que cette colonisation-là risque d’être irréversible » (TV libertés, 2 mars 2017)


Marlène Schiappa et le Grand remplacement


Le 10 février 2020, lors d’un débat sur CNews avec Eric Zemmour, la ministre Marlène Schiappa pose un lien entre la réflexion de Renaud Camus sur le Grand remplacement et l’attentat de Christchurch. Au cours du débat, la jeune femme s’était montrée adroite, courtoise et intelligente face à un Eric Zemmour certes perspicace mais outrancier et agressif. Elle avait même concédé un « Je ne suis pas pour le multiculturalisme » (Marlène Schiappa, CNews, 10 février 2020) qui surprit sans doute de nombreux téléspectateurs.


Très rapidement, suite à l’émission, Renaud Camus s’est insurgé sur Twitter : « Marlène Schiappa prétend que le tueur de Christchurch avait sur lui mon livre. C’est une grave diffamation, elle confond avec la brochure du tueur, “The Great Replacement”, qui n’a rien à voir.  Étant donné les us de l‘Occupant, c’est aussi une mise en danger de la vie d’autrui. » (Twitter, 10 février 2020)


Avec son avocat, l’intellectuel est même allé jusqu’à déposer plainte contre Marlène Schiappa. Il est certain que le Grand remplacement n’a pas fini de faire parler. Il serait peut-être utile d’appréhender le terme avec un esprit de sérieux renouvelé, sans sombrer dans le fantasme ou la légèreté, d’un côté comme de l’autre. Le fond du problème n’est-il pas le fait qu’en France, il est proprement impossible de poser des réflexions sereines et de qualité sur la question migratoire ? Des solutions existent pourtant face à ce blocage de psychologie collective : poser des hypothèses plutôt que des prophéties, comme le requiert la démarche scientifique. Poser des questions, même gênantes, plutôt que des sermons, comme l’exige la démarche philosophique.


A ce sujet, il serait urgent de lire le récit de Gaëtan Poisson, à propos de la question morale, de l’Eglise et de l’homosexualité. Il s’agit d’une apologie très argumentée de l’Eglise catholique : une apologie posée par un homosexuel ancien séminariste. L’ouvrage est plein de citations d’artistes, de philosophes et de théologiens sur l’homosexualité, la défense de l’Eglise… Hautement instructif.

 


(Référence : Gaëtan Poisson, L’homosexualité au risque de la foi – Le témoignage d’un gay qui défend l’Eglise, Téqui, 2020)

 

 

 

 


 

à lire aussi

Un dimanche soir à Pompidou

Un dimanche soir à Pompidou

Focus sur le climat hallucinogène de la bibliothèque du Centre Pompidou.

L'industrie du cacao, un empire fondé sur l'esclavage

L'industrie du cacao, un empire fondé sur l'esclavage

Le chocolat est partout. Cependant, ses conditions de production en Afrique interrogent notre conscience.

La nostalgie est-elle un poison? Dangers et ouvertures psychologiques

La nostalgie est-elle un poison? Dangers et ouvertures psychologiques

La nostalgie est-elle une notion dangereuse? Histoire et mémoire sont-elles associables?

Erreurs et limites du discours de Fatou Diome sur ''les Blancs''

Erreurs et limites du discours de Fatou Diome sur ''les Blancs''

Invitée sur le plateau de Ce soir ou jamais le 24 avril 2015, la romancière franco-sénégalaise s'est violemment emportée contre l'Europe et ''les Blancs''. Fatou Diome a choisi l'éloquence au détriment de la pertinence

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Qu'est-ce que l'amitié? Qu'est-ce qu'un ami? Philosophie

Qu'est-ce que l'amitié? Qu'est-ce qu'un ami? Philosophie

Qu'est-ce que l'amitié? Vaste question philosophique. Eléments de réflexion. Eviter la prédation.

 

 

Bons livres sur la question gay. Gaetan Poisson, L'homosexualité au risque de la foi

Bons livres sur la question gay. Gaetan Poisson, L'homosexualité au risque de la foi

L'un des meilleurs livres sur la question homosexuelle. Le témoignage d'un ancien séminariste qui aurait pu être prêtre

 

 

Entretien Arnaud Dumouch - Les solutions de la théologie catholique

Entretien Arnaud Dumouch - Les solutions de la théologie catholique

Interview du professeur Arnaud Dumouch - intelligence de la théologie de Thomas d'Aquin, importance de Vatican II, islam, athéisme...

 

 

Les crimes de guerre japonais en Chine au XXe siècle

Les crimes de guerre japonais en Chine au XXe siècle

Meurtres de masse, concours de décapitation, viols d'enfants... La colonisation japonaise de la Chine au XXe siècle a laissé des traces indélébiles dans la mémoire des populations locales.