Mais c'est juste mon avis - Du père Bernard Vignot

Ce matin (28 avril 2014) j’écoutais sur une radio périphérique l’éditorial de notre ami Jean-Michel Aphatie : «  C’est juste mon avis ». J’aime bien en général ses réflexions pleines de sagesse et pleines d’humour ! Or, ce matin il critiquait les faits miraculeux qui justifiaient la canonisation de deux papes. Il disait, si mes souvenirs sont bons, que ces faits pouvaient être crédibles au XII° siècle, lorsque la maladie d’Alzheimer était encore une inconnue, mais que la science actuelle pouvait faire douter totalement de la véracité de ce miracle. Il comparait l’Eglise à une grosse institution sachant captiver les foules mais qui continue à rester dans un monde moyenâgeux… Loin des sciences exactes qui régissent notre monde. Vous voyez ce que je veux dire ?

 

Le scientisme et le scepticisme qui sévissent actuellement, comme étant  le « politiquement correct » du moment, portent des affirmations qu’il faudrait sans doute nuancer et qui me semblent un peu courtes surtout pour des chrétiens, dont je crois être ! Certes, les miracles actuels font l’objet de bien des débats et je me garderai bien de porter un jugement   scientifique  sur des faits qui peuvent sembler à première vue douteux ou peu crédibles.

 

Mais en tant que croyant, je pense à ce que disait déjà Saint Paul :

 

  Si je ne crois pas à la Résurrection du Christ, ma Foi est vaine ».

 

Alors à quoi bon mettre en doute certains faits réputés miraculeux et  continuer à vouloir affirmer ma foi dans la Résurrection du Sauveur... Je pense à Thomas, dont hier nous avons lu le récit…Il ne croyait pas (chose bien naturelle), et pourtant «  Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru.. . ! ». On ne peut prouver scientifiquement la Foi. Ce sont deux mondes différents, et ce serait perdre son temps que de vouloir les associer. Il ne faut pas mélanger les genres.

 

Il pourrait en être de même de tous les croyants de religions différentes. Pensez-vous que les musulmans fervents renieraient leur croyance en Dieu au nom de la science ? Ce n’est pas le nombre des croyants ou des incroyants qui fait que le monde est monde… loin de moi l’idée d’être crédule et de ne croire que ce que je vois. Je ne suis pas sceptique ni imperméable au miraculeux. Je ne vois pas des miracles partout. Je préfère faire miennes les paroles de Voltaire qui disait 

 

L’Univers m’embarrasse et je ne puis songer que cette horloge marche et n’ait point d’horloger »..

 

Mais c’est juste mon avis !

 

Père Bernard VIGNOT. 28 avril 2014

 


 

à lire aussi

Fraternité islamo-chrétienne: les chemins du possible

Fraternité islamo-chrétienne: les chemins du possible

L'islam et le christianisme se rapprocheront-ils un jour? Peut-on espérer, à plus ou moins long terme, une ère de paix durable entre chrétiens et musulmans?

La thérapie scripturale - reconquérir ses proches auprès d'un biographe accompagnateur

La thérapie scripturale - reconquérir ses proches auprès d'un biographe accompagnateur

Vaincre la rupture affective et renouer avec ses proches (époux, parents, enfants, amis). Introduction à la thérapie scripturale.

Umberto Eco et l'Eglise, sa réponse aux revendications féminines

Umberto Eco et l'Eglise, sa réponse aux revendications féminines

La réponse d'Umberto Eco à la question des femmes dans l'Eglise

Regarder la mort en face (Père Bernard Vignot)

Regarder la mort en face (Père Bernard Vignot)

Le Pape a-t-il raison d'évoquer son avenir sans tabou? LA question semble diviser

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Le marché des drones civils

Le marché des drones civils

Le point sur le marché des drones civils. Alexandre Depont

 

 

Un dimanche soir à Pompidou

Un dimanche soir à Pompidou

Focus sur le climat hallucinogène de la bibliothèque du Centre Pompidou.

 

 

Penser l'attentat contre Charlie Hebdo

Penser l'attentat contre Charlie Hebdo

Retour sur l'attentat de Charlie Hebdo, ses prolongements terroristes, les réactions médiatiques, internationales et collectives qui ont suivi.

 

 

Caen, 1971: bastonnade et procès d'un professeur en pleine fac (C'était mieux avant?)

Caen, 1971: bastonnade et procès d'un professeur en pleine fac (C'était mieux avant?)

De nos jours, il nous arrive de regretter le passé, son insouciance et sa candeur. Encore un cliché en acier trempé.