Le pédosophe, nouvelle figure omnipotente du milieu médiatique

         
Depuis quelques décennies, l’étoffe de la scène intellectuelle française s’est considérablement dégradée. Définitivement enterrée, la génération fascinante des Foucault, Sartre et autres grands pervers maoïstes ; de gigantesques cons certes, mais des cons de génie, dont les erreurs avaient au moins le goût de l’enthousiasme et de l’audace… Souvenons-nous, Foucault applaudissant sans réserve l’avènement de la Révolution islamique en Iran ; rappelons-nous de Sartre, encourageant le meurtre des Français en Afrique.

 

Ah, les sixties, les seventies… époques fantasmatiques, joyeuses et bouillonnantes ; c’était le temps des charnières, prometteur et sulfureux. La France commençait tout juste à se métisser, les jeunes découvraient massivement le monde des études supérieures… Les campagnes se vidaient, les villes s’enhardissaient. On devinait de grands changements prochains.

 

Et puis paf. La claque. Plus rien. Néant. Foucault meurt du sida, BHL apparaît, le Parti socialiste met sur les rails le Front National, puis SOS Racisme… le pays sombre dans la crise, mentale, économique, idéologique. Les sociologues remplacent les historiens, les intellectuels mondanisés érigent le fascisme en idole sémantique indépassable, on commence à conceptualiser une sorte de nazisme de l’intérieur, on hystérise les consciences en appelant à la Résistance à ce que l’on attise inconsciemment soi-même. L’émission Apostrophes disparaît des écrans, la Télé-réalité surgit, la religion revient, déculturée, évidée de l’intérieur.

 

Infantilisme doctoral

 

Les médias se renforcent, informant, conformant, déformant les Français. Le sens critique agonise, le cinéma s’américanise. Les intellectuels perpétuent les guerres idéologiques de leurs devanciers en perdant au passage toute trace de génie brut. Le mur de Berlin s’écroule, l’URSS n’est plus. Temps de marasme. On revient des grandes illusions du passé pour en retrouver de nouvelles, toujours fécondes, toujours avenantes. Les grandes figures de gauche abandonnent l’ouvrier, courent derrière le Français basané que le cœur assimile inconsciemment à l’immigré, à l’étranger, à l’Autre.

 

On racialise le prolétariat, les exploiteurs. On abrutifie les consciences en dévaluant le raisonnement au profit de l’émotionnel altéritaire. Tout sombre dans la mascarade. On nourrit Le Pen en le vomissant ; on s’indigne narcissiquement sur les grands sujets compliqués. On assassine la nuance, et on en vient à raisonner comme des enfants de cinq ans : le temps de la pédosophie apparaît.

 

Aux chiottes, les grands devanciers. Tout, dans le monde intellectuel, n’est plus que progressisme ou conservatisme, tolérance ou intolérance. Le monde se binarise afin que les spectateurs décérébrés puissent suivre quelque chose. Les grands thèmes politiques et sociétaux tombent sous l’emprise de la facilité, du gatisme moral :

 

si la France est en crise, eh bien c’est simple, il suffit d’augmenter les impôt, pour que l’on puisse donner aux pauvres un peu de l’argent des riches (joyeux dispositif à somme nulle) ; s’il y a du chômage, eh bien c’est évident, il faut rendre impossible les licenciements dans les entreprises (mais la fluidité de l’embauche perdurera-t-elle alors ?) ; concernant le logement, ben c’est simple, suffit d’obliger les propriétaires à ne pas virer les locataires (mais ne prépare-t-on pas dès lors  le terrain à la discrimination préventive ?) ; concernant l’insécurité, il ne s’agit que d’un fantasme (et paf… Le Pen au deuxième tour)… Révision de copie : la violence devient un appel à l’aide envers une société inégalitaire (et les victimes concrètes deviennent des préoccupations de seconde zone qui commencent à lorgner sur les vitrines des armureries)…

 

Nice, Marseille, on connaît la suite…

 

Bienvenue dans le monde des pédosophes, ces philosophes hyper-médiatiques qui offrent aux masses décervelées une sagesse, une logique d’enfants de cinq ans.

 

Pierre-André Bizien
 

 


 

à lire aussi

Ce jour où Picasso défendit la religion chrétienne - le peintre et la foi

Ce jour où Picasso défendit la religion chrétienne - le peintre et la foi

Le peintre Picasso ne croyait pas vraiment en Dieu, ni en son Eglise. Et pourtant...

Conquérir son identité sans perdre son âme

Conquérir son identité sans perdre son âme

Comment conquérir son identité sans tomber dans le piège identitaire, et celui d'internet

La gauche caviardée: petite critique de la gauche telle qu'elle est devenue

La gauche caviardée: petite critique de la gauche telle qu'elle est devenue

La gauche politique a trahi ses valeurs intellectuelles. Elle s'est reniée dans le seul but de préserver ses privilèges symboliques face à la droite

Regarder la mort en face (Père Bernard Vignot)

Regarder la mort en face (Père Bernard Vignot)

Le Pape a-t-il raison d'évoquer son avenir sans tabou? LA question semble diviser

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Mongolie, le phoenix renaît de ses cendres

Mongolie, le phoenix renaît de ses cendres

La Mongolie, un pays peu connu en plein boom

 

 

Le risque d'aliénation identitaire au sein des religions - islam et christianisme

Le risque d'aliénation identitaire au sein des religions - islam et christianisme

Comment lutter contre le fanatisme et le protectionnisme identitaire au sein des religions?

 

 

La guerre de Sept Ans (1756-1763), la véritable première guerre mondiale? Chiffres, témoignages, victimes

La guerre de Sept Ans (1756-1763), la véritable première guerre mondiale? Chiffres, témoignages, victimes

AU XVIIIe siècle, la Guerre de Sept Ans a ensanglanté l'Europe, mais aussi l'Amérique notamment. Explication des batailles et des événements

 

 

Devenir un intellectuel selon le père Sertillanges

Devenir un intellectuel selon le père Sertillanges

Le père Sertillanges (1863-1948) nous propose quelques recettes concrètes pour apprendre à penser efficacement