La peine de mort a-t-elle vraiment été abolie en France?

  
 

Le 9 octobre 1981, sous le règne de François Mitterrand, la peine de mort est officiellement abolie en France. Robert Badinter triomphe, et une nuée rose fond sur le glaive de la justice. Enfin, la patrie des droits de l’homme condescend à liquider sa vieille contradiction interne, crachant en passant sur la face de Robespierre. Abolitionniste inconséquent, ce dernier avait transformé la pratique en outil administratif quotidien, le temps de purger le pays. Après viendrait le droit… On sait comment termina le perruqué d’Arras, ainsi que le gros de ses comparses. 

 

Mitt’rand, donc, a renversé le fatum. Grave, solennel, il a canonisé le mot justice, et le socialisme a grimpé de quelques crans dans le firmament de l’histoire…


Oui mais.

 

Derrière l’abolition droitdelhommystifiante, la République conservait sa sanglante prérogative ; sous les guimauves de l’éloquence et le carton-pâte humaniste, on pouvait percevoir – à bien y regarder – le cul de la demi-fiction.  Un cul bien rose et socialiste, bordé de nouilles compatissantes. Les faces béates, tournées vers l’avenir poétique de l’humanité, s’apprêtaient à entonner le chant des partouzards (à chaque époque sa Résistance). La France absorbait tranquillement la gélule, avant de s’enfoncer sous la couette.


En vérité, l’institution de la peine de mort persistait. Les dernières têtes coupées, celles de Christian Ranucci et d’Hamida Djandoubi, n’avaient rien clôturé. N’en déplaise à Badinter, n’en déplaise à Mitterrand, la peine de mort n’était pas enterrée ; seul son volet judiciaire venait d’expirer. Pour le reste, rien ne changeait : la police conservait le droit d’exécuter sur la chaussée tout citoyen réputé extrêmement dangereux, malgré la présomption d’innocence. Le trompe l’œil a magistralement fonctionné, et ce jusqu’à nos jours. En cause, les perversions de la sémantique.

 

Human Bomb, Khaled Kelkal, Mohammed Merah… Aujourd’hui encore, le droit français autorise légalement les forces de l’orde à exécuter si nécessaire des individus avant jugement, et donc logiquement préjugés innocents. Paradoxe inouï, que nous devons tenir éloigné de toute récupération moralisante ; ce serait intellectuellement trop facile, trop biaiseux.


Car, légalement, objectivement, Mohammed Merah, Human Bomb sont toujours « préjugés innocents », puisque non jugés. Bien entendu, la force des choses nous fait sauter devant ce genre d’énoncé, mais il n’empêche : en terme de droit, c’est bel et bien la réalité.

 

Ne cherchons pas à "prendre parti", ni à nous "indigner" ; constatons simplement que la réalité concrète diffère, bien plus qu’on ne l’imagine, de l’ordre admis des choses. Si l’on interroge pleinement la notion de "peine de mort", si on l’appréhende dans toute son extension signifiante, nous ne pouvons la réduire au sens qu’elle occupe dans l’inconscient collectif. Littéralement, la "peine" de mort –  la punition consistant à se faire retirer la vie par les agents mandatés de l’Etat – est toujours d’actualité, dans certains contextes très précis. Toujours si la vie d’autres citoyens est en jeu, et ceci est humainement compréhensible.

 

La peine de mort n’existe donc plus en tant que sanction symbolique, mais elle persiste comme mesure pratique, afin de "prévenir" en urgence des drames. Oui, concrètement parlant, la peine de mort, est une mesure de "prévention" plutôt que de "répression", car elle vise plus à prévenir des actes redoutés, qu’à punir à proprement parler un comportement donné. Jugé coupable, Mohammed Merah n’aurait jamais été exécuté ; présumé innocent, il pouvait légalement l’être.

 

Interrogeons-nous sur les inconséquences de notre vocabulaire, et sur l’emphase de nos grands mots : "préjugé innocent", "une politique préventive est toujours préférable à une politique répressive"…  Cessons d’ingurgiter les évidences.

 


Pierre-André Bizien

 


 

à lire aussi

Le pédosophe, nouvelle figure omnipotente du milieu médiatique

Le pédosophe, nouvelle figure omnipotente du milieu médiatique

Portrait du pédosophe, cet intellectuel déficient qui traite les grands problèmes par des raisonnements enfantins

Regarder la mort en face (Père Bernard Vignot)

Regarder la mort en face (Père Bernard Vignot)

Le Pape a-t-il raison d'évoquer son avenir sans tabou? LA question semble diviser

La haine de Léon Bloy contre les protestants

La haine de Léon Bloy contre les protestants

Ecrivain catholique violemment exclusif, Léon Bloy détestait les protestants

Conquérir son identité sans perdre son âme

Conquérir son identité sans perdre son âme

Comment conquérir son identité sans tomber dans le piège identitaire, et celui d'internet

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Le cancer chez les enfants - quelques chiffres

Le cancer chez les enfants - quelques chiffres

Les cancers pédiatriques font les frais d'une recherche insuffisante en France. De fait, les cancers touchant les adultes polarisent la majorité des investissements existants.

 

 

Jean Guitton face au judaïsme et à l'islam

Jean Guitton face au judaïsme et à l'islam

Que pensait Jean Guitton, l'une des grandes consciences catholiques du XXe siècle, de l'islam et du judaïsme?

 

 

Novartis - Stratégie d'un laboratoire pharmaceutique

Novartis - Stratégie d'un laboratoire pharmaceutique

Analyse approfondie du fonctionnement stratégique de Novartis

 

 

Ce jour où Picasso défendit la religion chrétienne - le peintre et la foi

Ce jour où Picasso défendit la religion chrétienne - le peintre et la foi

Le peintre Picasso ne croyait pas vraiment en Dieu, ni en son Eglise. Et pourtant...