Le marché des drones civils

 

Le 51e salon international de l'air et de l'espace a confirmé le dynamisme de l'industrie aéronautique. Lors de cet évènement, Airbus et Boeing ont suscité l'engouement en annonçant de nouvelles ventes records. Ainsi, l'avionneur européen a engrangé 124 commandes fermes pour un montant de 16,3 milliards de dollars alors que Boeing a réalisé 145 ventes effectives pour 18,6 milliards de dollars. Toutefois, si l'on prend en compte les intentions et les options d'achat, ces chiffres pourraient s'élever jusqu'à 421 commandes pour Airbus et 331 pour Boeing. La valeur des contrats des deux avionneurs s'élèveraient alors à 57 et 50,2 milliards de dollars. Au cours de ce salon, d'autres constructeurs ont aussi réalisé de bonnes performances. Aussi, la firme Embraer a enregistré 108 commandes, l'avionneur COMAC, 78 et ATR a réalisé la vente de 81 appareils.

 

Pourtant, les aéronefs traditionnels n'étaient pas les seuls à être présents sur le tarmac du Bourget. Les drones, dont l'usage militaire s'est fortement développé ces quinze dernières années, étaient exposés sur les stands des industriels Thalès, Piaggi Aerospace, Sagem, IAI,  Elbit Systems ou encore TAI . Parmi les exposants, se trouvaient aussi des entreprises d'envergure plus modeste comme la PME Parrot, ou la start-up Py Innovation. La présence de ces dernières au salon du Bourget s'explique par le succès que Parrot rencontre sur le marché des drones de loisirs ainsi que par celui de Py Innovation sur le secteur des drones « professionnels »

 

En réalité, le marché des drones civils connaît une croissance très importante.  Au niveau mondial, la valeur de ce secteur d'activité devrait atteindre 2 milliards de dollars dès cette année. A l'échelle de l'Hexagone, le chiffre d'affaire généré par les drones non militaires s'élèverait à 300 millions d'euros pour l'année 2015. Les raisons d'un tel succès s'expliquent par les multiples possibilités offertes par ces engins. En effet, le marché des drones civils comprend à la fois des machines low-cost qui sont surtout dédiées à des fins récréatives, ainsi que des drones « lourds » destinés aux entreprises et à des acteurs institutionnels.

 

Selon le journaliste Patrick Haas les possibilités d'utilisation des drones professionnels concernent essentiellement « [...] les médias (50%), le BTP et l’inspection d’ouvrages (20%), les mines, carrières et terrassements (15%), la surveillance et sécurité civile (5%) et l’agriculture (5%). » De surcroît, si les expériences en cours se révèlent concluantes, certaines entreprises comme DHL, Google, Amazon ou Ali Baba pourraient systématiser l'utilisation des drones pour assurer leurs services de livraisons. Toutefois, ces usages se heurtent encore à des obstacles de nature juridique dans de nombreux pays.

 

Dans la « course » aux drones civils, la France est en avance sur ses concurrents en raison d'une législation avant-gardiste  quant aux problèmes que soulève l'usage des drones en terme de  sécurité et de vie privée.  Rassurant pour les investisseurs et les entreprises, ce cadre légal est l'un des atouts qui font de l'Hexagone un des pays leaders dans l'essor de cette filière. En outre, les  industriels français s'appuient sur un savoir-faire technologique avancé ainsi que sur une main d'œuvre très qualifiée. Néanmoins, si la France compte plusieurs dizaines de constructeurs de drones, ce secteur souffre d'une certaine dispersion qui le fragilise.

 

En effet, ces sociétés sont souvent d'une taille insuffisante pour être viables sur le plan commercial.    Plusieurs d'entre-elles ont donc disparu ou ont fusionné pour former des entités plus importantes. En outre, selon Francis Duruflé, vice-président de la Fédération professionnelle de drone civil (FPDC), « Le besoin en capital est fort pour les entreprises du secteur, à la fois pour la R & D, la recherche de marché à l’export  ». L'insuffisance des investissements actuels pourrait donc pénaliser à moyen terme les sociétés hexagonales face à leurs concurrentes étrangères. Enfin, le marché reste souvent trop étroit pour rapporter assez d'argent à l'ensemble des entreprises qui y sont impliquées.

 

Malgré tout, l'essor de la filière des drones civils a un effet positif en terme de créations de postes. Jusqu'à présent, on estime que 5000 emplois directs ont été créés en France pour répondre aux besoins de ce secteur.  Effectivement, la croissance du marché des drones nécessite de recruter des ingénieurs, des techniciens, des pilotes qualifiés ainsi que des analystes. Selon Cécile Chevré, la filière des drones devrait générer 5000 à 7000 emplois supplémentaires d'ici 2018. De son côté, la FPDC, avance des estimations encore plus optimistes, soit 15 000 nouveaux postes d'ici 2020 . A l'échelle européenne, le marché des drones engendrerait plus de 150 000 emplois dans la décennie à venir.

 

Pourtant, d'ici 2020, les Etats-Unis constitueront le principal marché des drones civils car ce pays concentrera près de 75 % de la demande mondiale. De surcroît, l'AUVSI estime que dans les dix prochaines années, les retombées économiques de ce secteur aux Etats-Unis s'élèveront à 82 milliards de dollars pour un total de 100 000 créations de postes . Ainsi, à l'échelle mondiale, la filière des drones civils connaîtra une croissance soutenue jusqu'aux années 2020. A terme, la maturation du marché devrait stimuler essentiellement les activités de services comme celles d'opérateurs de drones. Enfin, malgré leur avance, les entreprises françaises devront se préparer à faire face à une forte concurrence en provenance des Etats-Unis.

 

Alexandre Depont

 


 

à lire aussi

L'espionnage industriel à l'ère de la globalisation. Des entreprises sous surveillance

L'espionnage industriel à l'ère de la globalisation. Des entreprises sous surveillance

La question de l'espionnage industriel, enjeu de la guerre économique internationale

Novartis - Stratégie d'un laboratoire pharmaceutique

Novartis - Stratégie d'un laboratoire pharmaceutique

Analyse approfondie du fonctionnement stratégique de Novartis

La dialectique ''faute / erreur'' en entreprise  - évolutions managériales françaises

La dialectique ''faute / erreur'' en entreprise - évolutions managériales françaises

Le monde de l'entreprise en France croule sous les blocages. Des évolutions managériales s'esquissent, avec la rhétorique du ''droit à l'erreur''. Il s'agit d'une bonne nouvelle.

L'argent et Monaco - entretien avec Pierre X, comptable local

L'argent et Monaco - entretien avec Pierre X, comptable local

Entretien de Pierre X, comptable à Monaco

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Partir en Inde - un voyage culturel ébouriffant

Partir en Inde - un voyage culturel ébouriffant

Nouvelle aventure de Jérémie, qui est parti en Inde. Traditions, culture, un monde à découvrir

 

 

Deux ans de présidence - mai 2014

Deux ans de présidence - mai 2014

Alexis Bouet sévit encore... et caricature une fois de plus notre cher président, François Hollande

 

 

Penser les violences scolaires

Penser les violences scolaires

La thématique des violences scolaires demeure un point de litige fondamental au coeur débat public français. Quelques chiffres et notions clés pour y voir plus clair

 

 

L'Eglise et les laïcs, selon le père Bernard Vignot

L'Eglise et les laïcs, selon le père Bernard Vignot

Le père Bernard Vignot (épiscopalien) nous offre une petite réflexion personnelle sur le statut du laïcat dans l'Eglise