L'Inquisition fut-elle plus ou moins sanglante que la Révolution française? Chiffres

Selon une idée reçue tenace, l'histoire de l’Inquisition prouverait abondamment l’identité sanguinaire de l’Eglise. En vérité, ce mantra résulte de manipulations conséquentes au profit d'une certaine historiographie anticléricale. Rétablir les faits, sur cette question, nécessite cependant de se garder du réflexe inverse (le cléricalisme bas-du-front), et de s'en tenir scrupuleusement aux chiffres. 

 

 

Eléments factuels

 

-Si l’on se penche sérieusement sur l’Inquisition (il y en eut trois versions génériques), on s’aperçoit que les chiffres relatifs aux exécutions diffèrent absolument de ceux que l’on trouve dans les manuels traditionnels: ils sont bien moindres, et les médiévistes en conviennent désormais. 

 

-Pour l’Espagne, moins de 2% des prévenus ont été exécutés entre le XIIIe et le XIXe siècle. En Italie, entre 1551 et 1647, l’Inquisition d’Aquilée a condamné à mort 0,5% des prévenus. Au Portugal, du XVe au début du XVIIe siècle, 94,3% des personnes jugées par l’Inquisition n’ont pas été condamnées à mort – seules 5,7% l’ont été (Agostino Borromeo, in CBS news, 15 juin 2004). 

 

Dès lors, pourquoi la légende de l’Inquisition maximaliste s’est-elle répandue?  Notamment parce que les historiens ont autrefois largement attribué à l’Eglise des exécutions prononcées par des tribunaux civils, parce qu’ils ont amalgamé toutes sortes de données disparates et les ont attribuées en bloc à l’Inquisition catholique. Cette faillite majeure des historiens impliqués gagnerait à être étudiée dans les universités.  

 

-Paradoxalement, la création de l’Inquisition au XIIIe siècle s’est traduite par de réels progrès en matière de justice (structuration des procès, instruction plus précise que dans les tribunaux ordinaires d’alors, condamnation vigoureuse du délateur calomnieux).

 

-Avec sa verve bien connue, l’historien Pierre Chaunu souligne à quel point la République est de mauvaise foi vis-à-vis de la violence dans l’Eglise catholique: 

 

«La Révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen-Âge et dans toute l’Europe» (Cité dans L’homme nouveau, hors-série, 2011)

 

Cela laisse songeur quant aux manipulations de l’école républicaine vis-à-vis de la religion catholique: cette dernière a largement moins de sang sur les mains, mais passe toujours pour inhumaine et mortifère. 

 

-Agostino Borromeo, professeur à l'Université de La Sapienza de Rome, a rappelé l'ordre de proportions véritable de l'Inquisition comparé à d'autres événements historiques. Ses conclusions ont notamment été relayées par la presse belge en 2004: "En péninsule ibérique, sur toute la période - la plus sombre - du XVIe siècle et du début du XVIIe, on dénombre quelque deux mille morts. A titre de comparaison, les rapports de la Tchéka (police secrète) sous Lénine font état de plusieurs milliers d'exécutions sommaires... par jour." (Paul Vaute, La Libre Belgique, 17 juin 2004). Devant ces chiffres, on mesure la distorsion du souvenir entre les catholiques et les militants communistes. 

 

-L’histoire de l’Inquisition est plus passionnante qu’on ne l’imagine: il arrivait que l’Eglise se retourne contre les Inquisiteurs eux-mêmes en les jugeant pour excès de sévérité, ou pour cruauté. Ainsi, Robert le Bougre sera condamné à la prison à vie pour tout le sang innocent qu’il avait sur les mains. Au XVIe siècle, Prospero Farinacci, auteur d’un manuel d’Inquisition, était lui-même homosexuel; il sera jugé pour sodomie (Cf. Peter Godman, Histoire secrète de l’Inquisition). 

 

 

Positions théoriques

 

"L'Espagne met dans la religion la férocité naturelle de l'amour" (Baudelaire, Fusées, 1851)

 

«Constantin a fait de l’Eglise un Empire, Saint Thomas en a fait un système et Saint Ignace une police» (Lucien Laberthonnière, Œuvre)

 

«Mieux vaut absoudre des coupables que de s’attaquer par une excessive sévérité à la vie d’innocents» (Pape Alexandre III, Lettre à l’archevêque de Reims, 1162) 

 

***

 

Cet article est extrait de La Somme métaphysique, ouvrage regroupant de nombreux arguments originaux d'apologétique. Le livre est disponible en exclusivité chez Mont des lettres (425 pages, parution 2020). Renseignements: montdeslettres@gmail.com

 


 

à lire aussi

Les traces de la Trinité dans la Bible

Les traces de la Trinité dans la Bible

La Trinité est mentionnée dans l'Ancien Testament, en certains passages plus ou moins allusifs. Démonstration.

Défense du miracle contre les philosophes - l'argument de l'abbé Bergier

Défense du miracle contre les philosophes - l'argument de l'abbé Bergier

L'abbé Bergier est un apologiste du XVIIIe siècle qui écrivit beaucoup pour défendre le christianisme

Expliquer le silence de Dieu face à l'athéisme

Expliquer le silence de Dieu face à l'athéisme

Comment justifier le silence de Dieu, son absence apparente, lors des tragédies qui endeuillent notre monde? Arguments et citations

Dessin apologétique - Jésus face aux laïcards

Dessin apologétique - Jésus face aux laïcards

Gentille caricature religieuse : Jésus répond à l'anticléricalisme

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Les catholiques faussaires

Les catholiques faussaires

Malgré la résurgence du catholicisme identitaire, l'intellectualisme complexé demeure prégnant dans l'Eglise

 

 

Alain Soral, les juifs et la question antisémite

Alain Soral, les juifs et la question antisémite

Le polémiste Alain Soral est-il antisémite? Derrière cette question récurrente, peut-on corréler anti-judaïsme et antisémitisme?

 

 

L'islamo-gauchisme est-il un concept légitime?

L'islamo-gauchisme est-il un concept légitime?

Qu'est-ce que l'islamo-gauchisme? Qui sont les islamo-gauchistes? Les intellectuels se divisent sur le sujet.

 

 

Anecdotes religieuses (6)

Anecdotes religieuses (6)

Sélection de diverses anecdotes religieuses: islam, judaïsme, christianisme, conciles...