Mohammed Arkoun, apôtre de la critique scientifique de l'islam

              
Brillant, sulfureux, religieusement incorrect, Mohammed Arkoun (1928-2010) fut sans conteste l’un des penseurs de l’islam les plus discutés de sa génération. Universitaire Français de premier plan, partisan de l’application des méthodes des sciences sociales au domaine de l’islam, il aura essuyé  de nombreuses critiques passionnelles tout au long de sa carrière. Sa volonté forcenée de soumettre le coran et son contenu au filtre sévère de l’analyse historique a largement déplu (et déplaît encore) au sein du monde musulman. Souvenons-nous, pour employer une comparaison boiteuse mais signifiante, l’accueil que réserva le monde catholique aux travaux d’Alfred Loisy  à l’orée du XXe siècle…

 

Un universitaire désespéré

 

Mohammed Arkoun était un homme grinçant, harassant, agaçant ; il appartenait à cette catégorie d’intellectuels qui mettent un point d’honneur à se démarquer des inclinations idéologiques collectives… en se montrant abrupts et vindicatifs. Imbuvables, penseront certains. Ses publications, qui sont d’un abord relativement difficile et qui exigent de leurs lecteurs une patience éprouvée, distillent une sorte d’acidité ronchonne et crispée… laquelle dit assez bien le caractère sisyphien de ses travaux :


« La pensée islamique s’est toujours préoccupée de construire et de protéger des orthodoxies en se contentant d’apologie défensive ou de « vérités » proclamées » (Humanisme et islam)

 

Parfois, le ton est plus rude encore:


« La théologie comme débat et échange a disparu complètement en islam » (La construction humaine de l’islam)

 

voire carrément lapidaire :


« L’islam universel n’existe pas » (La construction humaine de l’islam)

 

Quelquefois même, Arkoun semble perdre totalement contact avec sa stature universitaire, pour s’avachir dans le découragement le plus total :

 

« Je désespère des pays musulmans (…). Qu’est-ce qu’on peut leur demander ? Il y a trop d’ignorance institutionnalisée, et on ne peut pas lutter contre les institutions ignorantes. En tout cas, pour ma part, je ne m’en sens plus la force » (La construction humaine de l’islam)

 

Etonnante expérience que la lecture des œuvres d’un tel auteur, rongé par une sorte de romantisme intellectualiste. Par ailleurs, ce n’est certainement pas au hasard que nous devons sa défense passionnée des grands orientalistes européens du XIXe siècle ; quasiment seul parmi ses pairs, en effet, il s’est permis de réhabiliter ces pestiférés de l’islamologie. Un acte qui en dit beaucoup sur son courage intellectuel, reconnaissons-le.

 

Certains adversaires de ses thèses en ont fait une sorte de Voltaire de l’islam, encourageant l’athéisme, la déconstruction de l’islam et la désacralisation du coran ; c’est aller bien vite en besogne. Mohammed Arkoun n’est pas un homme des Lumières qui serait né avec 200 ans de retard. Trop peu rieur, trop peu enthousiaste, trop rigoureux pour cela. Non. Arkoun est respectueux du religieux, du confessionnel. Il vise à son éclairage méthodique, et ses travaux ne peuvent être réduits à une sorte de nudisme spirituel écrasant l’infâme :

 

« Toute mon analyse et tout mon effort visent à dégager les conditions de possibilité d’une pensée islamique critique et libre. C’est-à-dire précisément qui traque toutes les utilisations idéologiques d’une pensée religieuse » (Lectures du coran)


Mais aussi :

 

« Je porte témoignage qu’il y a une religion laïciste en France qui censure tout discours religieux avec le même dogmatisme obtus que les croyants les plus étroitement littéralistes » (ABC de l’islam)


Pour mettre en œuvre son projet civilisationnel (car c’en est un, indéniablement), notre penseur entend promouvoir l’islamologie appliquée. Aussi met-il en garde contre les facilités intellectuelles qui nous guettent, quitte à choquer dans le verbe :


« Je souhaite une nouvelle relecture commune de la tradition coranique et monothéiste, et non pas un dialogue » (La construction humaine de l’islam)

 

« On ne cesse de parler de tolérance ci, d’intolérance là, et on ne voit pas du tout l’intolérable partout, triomphant dans toutes les sociétés » (La construction humaine de l’islam)


Enfin, rien ne serait plus mensonger que d’exécuter la mémoire de Mohammed Arkoun en en faisant une sorte d’agent de l’ombre de l’Occident "islamophobe". Opposé à toute forme de manichéisme affectif, il était on ne peut plus hostile à ce genre de réductionnisme :

 

« Pour être équitable aujourd’hui, il est urgent de sortir du couple infernal Islam versus Occident » (ABC de l’islam)

 

« La domination coloniale a figé la vie intellectuelle, rigidifié la tradition, favorisé le repli sur les identités locales » (Lectures du coran)


Le monde musulman contemporain est-il capable d’encaisser les charges décapantes d’une telle œuvre ? L’avenir prochain nous le dira. Toujours est-il que le travail d’Arkoun devra passer lui-même, tôt ou tard, sous le crible sévère mais juste d’une critique acérée.

 


Citations signifiantes

 


« L’islam est théologiquement protestant, mais politiquement catholique » (Conférence Sorbonne, 2009)


« Je parlerais volontiers d’Etats voyous si une haute instance internationale pouvait se prononcer sur les complicités qui ont permis leur émergence et leur pérennité » (ABC de l’islam)


« Toute personnalité se définit par un certain équilibre (ou déséquilibre) qu’elle réalise entre conscience affective et conscience intellectuelle» (Lectures du coran)


« Toutes les données constitutives de la modernité intellectuelle ont émergé à l’extérieur de la pensée islamique » (L’islam, morale et politique)


« La scolarisation massive en langue arabe a plus nourri les maquis idéologiques des forces populistes que favorisé la formation d’une pensée critique et d’une culture émancipatrice » (Aux origines des cultures maghrébines)

 

                           Pierre-André Bizien
 

 


 

à lire aussi

Liste de prêtres d'exception

Liste de prêtres d'exception

Par-delà peintures faciles et clichés stagnants, de nombreux prêtres hors norme constellent notre histoire. Qu'ils soient scientifiques, amants, boxeurs ou même athées, ils ne manquent décidément pas de sel

Justifier intellectuellement les sacrements de l'Eglise... Et pourquoi pas?

Justifier intellectuellement les sacrements de l'Eglise... Et pourquoi pas?

Peut-on justifier rationnellement les sacrements de l'Eglise? Le philosophe Jean-Luc Marion en est convaincu

Le Dalaï-lama a-t-il toujours raison?

Le Dalaï-lama a-t-il toujours raison?

Homme de paix incontournable jouissant d'une réputation spirituelle mirifique, le Dalaï-lama est-il aussi infaillible qu'il y paraît en Occident?

Le père Guy Gilbert, l'insolence érectile

Le père Guy Gilbert, l'insolence érectile

Portrait de Guy Gilbert, le plus déjanté des prêtres français

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Introduction à la pensée de Muhammad Asad, penseur de l'islam

Introduction à la pensée de Muhammad Asad, penseur de l'islam

Fils d'une grande famille juive autrichienne, Leopold Weiss (1900-1992) se convertit à l'islam à 26 ans. Au travers de ses publications Muhammad Asad élabore une vision réformée de l'islam en encourageant l'auto-critique confessionnelle.

 

 

L'argument ontologique d'Anselme de Cantorbéry - une preuve de l'existence de Dieu?

L'argument ontologique d'Anselme de Cantorbéry - une preuve de l'existence de Dieu?

Parmi les preuves de l'existence de Dieu, quelle validité philosophique accorder à l'argument ontologique d'Anselme de Cantorbéry?

 

 

Les Pères de l'Eglise, erreurs et limites

Les Pères de l'Eglise, erreurs et limites

Les Pères de l'Eglise étaient-ils de parfaits chrétiens? Loin de là. Leurs théologies comportent de nombreux points faibles (antisémitisme, misogynie, etc).

 

 

Oecuménisme et dialogue interreligieux. Ne pas confondre!

Oecuménisme et dialogue interreligieux. Ne pas confondre!

Le père Bernard Vignot nous livre une réflexion sur l’oecuménisme et le dialogue interreligieux