Réflexions d'un athée

 

« La religion est l’opium du peuple » déclare Karl Marx au XIXème siècle. Le philosophe allemand jette ainsi un pavé dans la marre en ébranlant l’univers spirituel des croyants. Prophète pour les athées, Satan pour les dévots, l’écrivain mérite-t-il à titre posthume une fatwa, ou bien une réflexion cartésienne quant à sa prise de position subversive pour l’époque?

 

De nos jours cette diatribe doit encore certainement agacer plus d’un théologien. En effet, en creusant un peu cette idée, on trouve de dérangeantes explications, qui viennent alors bouleverser les croyances établies. Cette ébauche d’analyse sociologique faite par l’historien met au grand jour le rapport mystique qui unit de manière irrationnelle les masses avec le domaine du religieux.


Pourquoi sommes-nous sur terre ? Qu’y-a-il après la mort ? La religion est sensée nous en apporter les réponses. Elle doit aussi nous éclairer quant à nos peurs, nos angoisses sur l’au-delà, et ainsi combler ce vide qui nous ronge. Le constat est sans appel : l’être humain a besoin de croire. Oui, mais à quel prix ?

 

L’abondance des religions, premier signe d’une supercherie

 


Quelle religion choisir ?  Devant la multitude du choix, on en perdrait presque les pédales. Toutefois, comme on veut absolument une réponse à nos préoccupations, on va bien finir par en trouver une. Et puis, de toute façon, on a très envie d’aller au paradis ; cette invention si extraordinaire qui nous fait miroiter une vie délicieuse après la mort. C’est la carotte qui fait avancer l’âne !

 

Christianisme, Judaïsme, Islam, Hindouisme, Bouddhisme, la liste n’est pas exhaustive, mais présente cependant les plus grands courants religieux ou philosophiques dominants en ce début de XXIème siècle à travers le monde. Ils sont tellement nombreux que cela donne le tournis. Catholiques, protestants, évangélistes, orthodoxes, hindous, bouddhistes, juifs, musulmans chiites, musulmans Sunnites… Tous revendiquent détenir la Vérité. Cependant, qui dit vrai ?


Demandez à un imam, à un prêtre, à un rabbin, ou à un moine, et tous vous répondront, avec les meilleurs arguments du monde à chaque fois, que c’est leur religion qui est dans le vrai. L’unique, et donc la seule légitime. Il semble donc impossible de trouver la bonne avec certitude. Si du moins elle existe. En fait, trouver la bonne religion, c’est un peu comme jouer à la roulette russe.
A moins d’être tombé dedans petit, comme Obélix dans la marmite de potion magique.

 

 

Une tradition plus qu’une adhésion spontanée

 


Les croyants représentent près de trois quarts de l’humanité. Et même s’il existe de nombreuses conversions, on est généralement religieux de « père en fils ». Par tradition en somme. On baigne dedans depuis notre plus jeune âge. La cellule familiale nous transmet un bouquet de valeurs spirituelles. Et on y adhère naturellement.

 

Ceci étant posé, il ne faut pas balayer pour autant d’un revers de main tous les croyants qui font la noble démarche de tester leur foi. En l’étudiant de manière poussée notamment, ou tout simplement en remettant en cause ses fondements. Et non pas en reproduisant mécaniquement un schéma. Cependant, encore faut-il en faire la démarche, et surtout en avoir les moyens. Avoir du temps et un accès à la connaissance est primordial.


Par ailleurs, ce déterminisme fait froid dans le dos. Dans combien de pays peut-on véritablement être libre de choisir sa religion ? Il semble impossible de pouvoir échapper à son destin religieux. Comme en Arabie Saoudite, en Israël, en Indonésie, au Chili, en Egypte, ou aux Philippines, les dés semblent être lancés dès la naissance.

 

Parfois c’est la société dans son ensemble, une nation toute entière, qui partage, promeut, et impose ces normes à l’ensemble des citoyens. Le piège se referme alors. La religion devient de fait une institution d’Etat. La petite secte est désormais une machine puissante et redoutable. Elle se transforme en norme sociale que peu de gens osent transgresser. Dès lors, qui voudrait être le mouton noir, l’asocial, en s’en excluant, en mettant en doute ce qui est établit par l’écrasante majorité ?


En effet, l’être humain est, selon Aristote, un « animal social ». Il ne peut donc s’affranchir facilement de son groupe. Et ayant besoin d’un lien social fort, il se trouve presque condamné au conformisme, religieux dans le cas présent.

 

En revanche, à l’autre extrémité de l’échiquier religieux, quelques pays de la planète comptent près de 30% à 45% d’individus se déclarant athées. Le trio de tête se compose ainsi : Chine, République tchèque, et Japon.
Cette tradition religieuse familiale volerait-elle en éclat si l’on mettait les croyants face à l’énumération des faits actuels et historiques, tous aussi déroutants les uns que les autres?


Dieu, mais ou te caches-tu donc ?

 

Si Lucy, surnom donné par la communauté scientifique à notre ancêtre commun, est vieille de quelques 3 millions d’années, l’homo-sapiens moderne lui, n’apparait qu’il y a 100 000 ans. Et un beau matin, il y a moins de 3000 ans, l’Homme se met à écrire, et Dieu se manifeste enfin ? Joli conte pour enfant !


Dieu aurait-il pu éviter l’esclavage des noirs dans le monde arabo-musulman pendant près de 13 siècles ? Et comment se fait-il que l’Islam ait autorisé la réduction en esclavage de quiconque provenait d'un pays non musulman ?

 

Le catholicisme s’est durablement installé dans le continent latino-américain par le massacre systématique des indigènes et leur soumission à la doctrine religieuse des nouveaux colons. Bilan : plusieurs de dizaines de millions de morts. Dieu a-t-il laissé faire encore une fois, ou plus logiquement ne pouvait-il rien faire ?

La seconde guerre mondiale, en quelques années seulement, provoque la mort de près de 50 millions d’individus.
De nos jours, selon l’ONG internationale « Action contre la faim », quelques 10 000 enfants de moins de 5 ans meurent de maladies, liées directement ou indirectement à la sous-nutrition, et ce, chaque jour dans le monde. Soit près de 100 fois l’équivalent du bilan humain du World Trade Center (du 11 septembre 2001)… chaque mois !

 

Chaque année, le paludisme tue plus d’un million de personnes dans le monde.
Par ailleurs, pourquoi les religieux persécutent-ils en général les homosexuels, ou tout du moins rejettent-ils leur orientation sexuelle considérée comme déviante ? Il semblerait que leurs soit disant textes sacrés imposent a tous des règles jusque dans notre intimité. Une belle preuve de tolérance et d’ouverture d’esprit.


Apres cette série d’exemples, aussi effroyable que désespérante, on trouve encore de fervents défenseurs de la religion et de son Etre suprême. Leur argument principal : c’est la faute de l’Homme, pas de Dieu. Toutefois, qu’ont-ils à dire concernant les catastrophes naturelles ?

 

Les séismes, les typhons, les tsunamis, et les ouragans font chaque année plusieurs milliers de victimes, et engendre en cascade l’exode de millions d’autres personnes. Phénomène naturel, ou volonté divine ? On ne peut plus dire dans ce cas que ce soit exclusivement la faute de l’Homme !
Quel être divin laisserait faire une telle hécatombe ? Soit il n’a strictement aucun pouvoir, soit il est complètement pervers, ou plus rationnellement, il n’existe pas.


Jérémie Dardy.

 


 

à lire aussi

Considérations du pape François sur la Création du Monde et l'Evolution

Considérations du pape François sur la Création du Monde et l'Evolution

Le 27 octobre 2014, le pape François a prononcé un discours aigu sur les modalités de la Création du Monde et sur l'Evolution.

La position de l'Eglise face au drame des migrants est-elle juste?

La position de l'Eglise face au drame des migrants est-elle juste?

La question des migrants divise les sociétés occidentales, travaillées par la crise et la montée du terrorisme. Que dit l'Eglise devant ce drame humain?

La théologie de Lucien Laberthonnière

La théologie de Lucien Laberthonnière

Retour su l'apport théologique de Lucien Laberthonnière

Les banlieues, le salafisme ou le nouveau communisme

Les banlieues, le salafisme ou le nouveau communisme

Banlieues et salafisme. Etat des lieux par Tarik Yildiz

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

La Paz, une capitale au sommet

La Paz, une capitale au sommet

Jérémie Dardy nous offre ses impressions de voyageur sur la capitale bolivienne, La Paz

 

 

L'expédition de Magellan et le premier tour du monde (1519-1522)

L'expédition de Magellan et le premier tour du monde (1519-1522)

L'expédition de Magellan est mal connue. Rappel des faits. Le Pacifique, les combats, les découvertes et mutineries...

 

 

Bel emplacement

Bel emplacement

Bel emplacement

 

 

Qu'est-ce que la spiritualité? Approche d'une définition philosophique

Qu'est-ce que la spiritualité? Approche d'une définition philosophique

Comment définir la notion de spiritualité, par-delà son acception étroitement religieuse