Carnets d'immersion : l'autre Colombie

 

Au-delà des bons vieux clichés médiatiques, la Colombie est une nation déroutante et envoûtante que nous ne connaissons aucunement. Aussi mérite-t-elle un regard renouvelé, dégagé de ces aprioris de salon qui nous enfarinent allègrement. Les masques rouge-sang qui flottent dans nos imaginaires diffèrent du véritable visage de la Locombia, cette folle Colombie que vivent au quotidien ses habitants.

Certes, la Colombie pâtit d’une réputation sulfureuse, qui ne vient pas de nulle part ; ne l’associe-t-on pas spontanément à Pablo Escobar, ce tristement célèbre narcotrafiquant des années 1980 ?  Et pour cause… le lascar contrôlait près de 80% du trafic de cocaïne destiné aux États-Unis. Surpuissant, diablement dangereux, il concentrait dans les faits presque autant de pouvoir que les députés de l'Assemblée Nationale.

Souvenons-nous, il parvint même un jour à faire modifier la Constitution en sa faveur ! D’après le magazine Forbes, il possédait une fortune estimée à 25 milliards de dollars en 1989… soit la 7e fortune mondiale de l'époque. Une fois, alors que je visitais la hacienda Napoles (son ancien zoo privé), j’ai fantasmé quelques secondes revêtir son identité… J’en fus quitte pour une chair de poule subite et foudroyante, qui ravagea mes membres délicats.

Bien entendu, la Colombie est toujours en proie à de graves problèmes de violence et de corruption. Ne cachons pas les évidences. Songeons, pour ne citer qu’elle, à la fameuse guérilla communiste des FARC (acronyme pour "Fuerzas armadas revolucionarias de Colombia") ; cette entité existe depuis près de 50 ans, et fait régulièrement la une de la presse internationale. Bien qu’elle soit répertoriée depuis 2005 sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne, une certaine coquetterie intellectuelle perdure dans les milieux germanopratins : on y considère volontiers les FARC comme de valeureux guerriers romantiques au grand cœur…

On les « Chéguévarise » à souhait, pour combler notre nostalgie des sugar-sixties. Foin des friandises mystico-mémorielles, la réalité frontale est nettement plus austère. Par ailleurs Jacques Thomet, ancien directeur de l’AFP en Colombie, assure que les FARC percevaient chaque année un revenu de 400 millions de dollars du fait de prises d’otage et du trafic de cocaïne (2008). Ingrid Bétancourt en sait quelque chose, elle qui fut enlevée en pleine campagne présidentielle en 2002. Elle resta captive des FARC pendant six longues années au fond de la jungle.

Ceci étant posé, soyons sincères : le pays porte une étiquette que les médias du monde entier se donnent, me semble-t-il, un malin plaisir à entretenir à tout va; or, dans les faits, la Colombie n’est certainement pas le pays le plus violent de la région. Le Venezuela la dépasse largement sur ce terrain ; selon l'Observatoire national de la violence locale –  qui se fonde sur les données de la police judiciaire à Caracas – le taux d'homicides est le suivant : 140 pour 100 000 habitants, contre 18 pour 100 000 à Bogota en Colombie. A titre de comparaison, la France est sous la barre des 3. Les chiffres parlent d'eux-mêmes.
L’un de mes interlocuteurs locaux, le professeur Luis Gutierrez, s’est gentiment permis de sourire lorsque je lui ai parlé de notre situation sécuritaire en France.

En vérité, la Colombie ne se résume pas à ces statistiques. Loin de là, et fort heureusement. Le 30 décembre 2012, l’agence WIN Gallup International crée la surprise avec son Baromètre Global de l’Espoir et du Bonheur : le pays au sein duquel les hommes seraient les plus heureux de par le monde n’est autre que… la Colombie ! En effet, c’est un fait d’expérience directe, irrécusable : les Colombiens entretiennent une culture de l’allégresse qui les démarque amplement des autres citoyens du monde.

Avec plus de deux millions de visiteurs chaque année, la Colombie dispose d’un secteur touristique plantureux. Ceci notamment grâce à ses somptueux paysages de cartes postales : les plages paradisiaques du nord, sur la côte caraïbe, avec leurs eaux cristallines ; ses espaces naturels, sa biodiversité unique au monde
(comme on la trouve dans le Parc Tayrona) ; son patrimoine époustouflant, qui s’incarne en des lieux tels que la ville fortifiée de Carthagène des Indes. La Colombie attire également par ses nombreux festivals : le Carnaval de Barranquilla en est un bon exemple, ou la fameuse Foire aux Fleurs de Medellín (deuxième ville du pays).
Soucieux de donner une autre image de leur patrie, les Colombiens sont ravis d’accueillir les étrangers. A ce propos, il me semble, le slogan de l'office du tourisme témoigne plaisamment de la nouvelle situation sécuritaire du pays: "El unico riesgo, es que te quieras quedar" ("Le seul risque, c'est que tu souhaites rester").

La Colombie, c’est aussi et surtout une contrée gorgée d’art, de culture et d’humanités latines : parmi ses plus insignes ambassadeurs, mentionnons le romancier Gabriel García Márquez, ancien prix Nobel de littérature, ainsi que le sculpteur et peintre Fernando Botero. Un remarquable musée éponyme a été édifié dans la Candelaria, le quartier historique de Bogota.

Saviez-vous que la capitale internationale de la salsa ne se trouve pas à Cuba, mais bel et bien en Colombie, dans la ville de Cali ? Les amateurs de café, eux aussi, devraient rallier la Locombia : le pays est le deuxième producteur mondial du breuvage noir! On y trouve une région magnifique, "le triangle du café",
pleine d’haciendas caféières, de sentiers, de cascades, de vallées, de forêts à brouillard… Une faune des plus singulières habite les flancs bigarrés de ces terres : avec un peu de chance, l’observateur attentif fera la connaissance de l'ours
à lunettes, du puma, des singes hurleurs, enfin de toute une gamme d’oiseaux multicolores.

En raison de ses performances économiques, la Colombie suscite l’intérêt d’investisseurs de plus en plus nombreux : en 2011, le pays devient la quatrième économie latino-américaine, grâce à un taux de croissance annuel insolent  (près de 5% en moyenne). Par ailleurs, la France y est le premier employeur étranger (75000 emplois directs).

Soyons sérieux, et enterrons les clichés : la Colombie n’est pas cet univers glauque et sanguinolent que la sphère médiatique nous dépeint névrotiquement. Son dynamisme économique, sa créativité, l'allégresse de sa population, ses merveilles naturelles… il y a bien de l’Eden en Locombia. Pour ma part, je suis tout spécialement tombé sous le charme d'un petit village de style colonial espagnol, Barichara. Ce hameau ravissant se situe au centre-est du pays, dans l'état de Santander.  Il est inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Avis aux lecteurs intrigués !

Allons… il est temps pour moi de retourner au petit café du centre-ville de Popayan, afin de planifier ma prochaine étape dans le sud du pays. Aurai-je le courage de tremper mes lèvres dans leur "chocolat chaud" ? Ils y mettent du fromage… âmes sensibles s'abstenir !

                                                                                                                          Jeremie Dardy

 

Photo: Louise Wolff


 

 


 

à lire aussi

Las Vegas, capitale mondiale du divertissement

Las Vegas, capitale mondiale du divertissement

Hôtels, casinos, architecture: Las Vegas est la capitale mondiale de toutes les démesures.

Mongolie, le phoenix renaît de ses cendres

Mongolie, le phoenix renaît de ses cendres

La Mongolie, un pays peu connu en plein boom

Les dessous de la conquête spatiale chinoise

Les dessous de la conquête spatiale chinoise

Quels objectifs stratégiques réels se cachent derrière l'effort de conquête spatiale chinois?

Rivalités stratégiques en mer de Chine

Rivalités stratégiques en mer de Chine

Mise au point sur une question géopolitique majeure: la mer de Chine

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Bartolomé de Las Casas, un prêtre au service des indigènes

Bartolomé de Las Casas, un prêtre au service des indigènes

Qui fut réellement Bartolomé de Las Casas, défenseur des Indiens au XVIe siècle?

 

 

Maurice Barrès, père de la négritude? Au-delà de la racine antisémite

Maurice Barrès, père de la négritude? Au-delà de la racine antisémite

L'oeuvre de Maurice Barrès est généralement réduite à la question du racisme et à l'antisémitisme.

 

 

L'amour dans l'islam et le Coran, selon la psyché chrétienne

L'amour dans l'islam et le Coran, selon la psyché chrétienne

Dans l'islam et le Coran, l'amour est présenté autrement que dans les Evangiles chrétiens.

 

 

 ''La France sous occupation sodomite'': une étrange propagande islamiste

''La France sous occupation sodomite'': une étrange propagande islamiste

Les convulsions de la loi sur le mariage pour tous éveillent bien des fantasmes, y compris à l'international