Le forum d'Auguste - l'apologie du pouvoir impérial romain

 

L'usage de l'art à des fins idéologiques n'est pas l'apanage des sociétés contemporaines. Aussi, dès l'Antiquité, en Mésopotamie, en Méditerranée et en Asie, l'urbanisme et l'architecture ont été utilisés pour glorifier le pouvoir. À cet égard, à Rome,  l'édification du forum d'Auguste a légitimé la naissance et la consolidation de la fonction impériale.

 

Inauguré en l'an 2 avant J-C, le forum d'Auguste est le deuxième forum impérial romain. En 42 av. J-C, sa construction est décidée à la suite d'un vœux formulé par le triumviir Octavien lors de la bataille de Philippes. L'héritier de César jure alors de dédier un temple au dieu Mars si celui-ci lui accorde la victoire contre les troupes de Cassius et Brutus, les assassins de son père adoptif. Cependant, en raison de la guerre civile qui ravage la République, la réalisation de la promesse d'Octavien est repoussée jusqu'à la défaite de son rival Marc-Antoine à Actium en 31 av. J-C.

 

Devenu le maître incontesté de Rome, Octavien, qui obtient le titre d'imperator en 38 av. J-C, accumule les honneurs et les pouvoirs. En 28 av. J-C, le Sénat lui octroie ainsi le titre de « princeps senatus », puis celui d' «Augustus » en 27 av. J-C. C'est dans ce contexte d'instauration du principat et de réorganisation de l'Etat que débutent les travaux du forum Augusti.

 

À la suite de Jules César, Auguste veut marquer de son empreinte la trame urbaine de Rome par la construction d'un édifice majestueux. Pourtant, la construction du forum est retardée par un manque d'espace qui oblige Auguste à acheter certaines parcelles. Ne voulant pas déloger les propriétaires réticents par la force, il est contraint de redimensionner son projet. C'est donc quarante ans après la bataille de Philippes qu'Auguste dédicace son forum à Mars Ultor mais l'édifice est à la hauteur de ses ambitions.

 

 

Situation géographique et description de l'édifice

 


Le forum d'Auguste est situé à Rome entre le Capitole et le Quirinal. Il est perpendiculaire au portique Est du forum de César selon un axe Nord-Ouest / Sud-Est. Sur le plan architectural, le forum d'Auguste est un espace clos et unifié qui reprend l'organisation du monument édifié par Jules César. Il mesurait 125 m de long sur 118 m de largeur alors que son esplanade était longue de 125 m et large de 85 m.

 

Néanmoins, elle était légèrement écornée vers l'Est car Auguste n'avait pu acheter certaines propriétés à leurs possesseurs. Cette irrégularité a été masquée par l'architecte qui a inscrit l'abside du temple de Mars dans l'angle parasite et rétablit pour l'œil la symétrie au moyen d'un arc qui équilibrait l'oblique du mur qui tronquait vers l'Est le coin du rectangle.

 

Comme dans le cas du forum de César, des portiques longitudinaux bordaient l'esplanade de l'édifice. Leurs colonnes en marbre cipolin soutenaient un attique dont le décor combinait des influences grecques et orientales. De part et d'autre, trente caryatides s'alignaient, inspirées de celles de l'Erechteion d'Athènes mais les statues étaient séparées par des médaillons ornés des têtes de Jupiter-Ammon et d'autres divinités.

 

En arrière des portiques, des exèdres semi-circulaires s'ouvraient sur le fond de l'édifice. Le mur de façade de l'exèdre dépassait le toit du portique et était certainement percé de fenêtres. Le long des murs de fond des portiques et des exèdres, il y avait des colonnes à demi-engagées en cipolin qui soutenaient un architrave en marbre blanc. Elles servaient d'encadrement à des niches destinées à recevoir une série de 108 statues.

 

 

 

 

Au sein de l'exèdre Nord, ces effigies représentaient Enée fuyant Troie avec son père Anchise sur ses épaules et son fils Ascagne accroché à son bras. D'autres statues figuraient les rois d'Albe ainsi que les ancêtres de la « gens » Iulia. En face, dans l'exèdre méridional, se trouvait une statue de Romulus vêtu en roi hellénistique qui portait en triomphe la dépouille d'Acron, le roi des Céniens. Dans les autres niches étaient placées les statues des summi viri, les grands hommes de la République.

 

Au bout du portique Nord-Ouest, se trouvait la « salle du Colosse » une pièce qui était dédiée au culte impérial.  Elle comprenait dès l'origine deux tableaux d'Apelle qui représentaient Alexandre le Grand. Sous le règne de l'empereur Claude, une statue en marbre de Paros du Génie d'Auguste de 11 m de haut y a été placée. Elle dépeignait probablement Auguste en toge, la tête couverte et tenant dans sa main droite un rouleau et dans sa main gauche un lituus.

 

Bien en vue sur son podium, le temple de Mars Ultor ou Mars vengeur, était la pièce maîtresse du forum d'Auguste. Il occupait une position similaire au temple de Venus Genitrix dans le forum de César. Son podium était fait en tuf et était revêtu de plaques de marbre de Carrare. L'autel était inséré au centre de l'escalier et deux bassins encadraient les dix-sept marches du podium. Le temple était un périptère sine postico à huit colonnes    en façade comme sur les côtés. Ces colonnes mesuraient  17 m 70 de haut et étaient réalisées en style corinthien.

 

De surcroît, l'espace interne de la cella était constitué par sept colonnes de chaque côté et un nombre équivalent de pilastres étaient aménagés sur les parois. La cella se terminait par une abside d'environ 9 m qui abritait la base qui portait les statues de Mars, de Venus et de César divinisé.  Enfin, au fond du forum se situait un mur de 33 m de haut qui protégeait le monument des incendies qui étaient fréquents dans le quartier populaire de Subure.

 


La symbolique du forum d'Auguste

 


Au-delà de sa remarquable architecture, le forum d'Auguste constituait un véritable manifeste à la gloire du nouveau maître de Rome. Ainsi, l'Histoire de même que les thèmes du triomphe et de la royauté hellénistique étaient mobilisés pour légitimer le principat.

 

Sous le portique Nord du forum, la famille de César, la gens Iulia était honorée. En effet, la tradition faisait de cette illustre famille romaine, les descendants du troyen Ascagne ou Iule, le fils d'Enée. C'est pourquoi la niche centrale de l'exèdre Nord du forum était occupée par une statue d'Enée accompagné de son père et de son fils. De plus, dans les autres niches de l'hémicycle, se situaient des effigies des rois d'Albe la Longue et des ancêtres de la gens Iulia.

 

Toutefois, le prestige des Iulii  était mêlé à celui de Rome car sous l'exèdre Sud on pouvait voir une statue de Romulus qui faisait face à celle d'Enée. Elle figurait le fondateur mythique de Rome qui portait le corps du roi latin Acron. Elle était encadrée par de grands personnages de la République comme Scipion Emilien, Marius, Sylla, Pompée et Lucullus. Au centre de la place, on apercevait également une statue en bronze d'Auguste sur un quadrige, un char à quatre chevaux. Cette représentation du princeps en triomphateur l'assimilait donc aux grands imperatores républicains.

 

Au regard de tous ces éléments, Auguste apparaissait comme l'héritier des dieux qui avaient fondé Rome et des hommes qui l'avaient bâtie. Aussi, l'histoire des Iulli était confondue avec celle de Rome dont les gloires anciennes étaient instrumentalisées pour légitimer le nouveau régime. De même, le thème du triomphe se retrouvait à travers les caryatides qui à la différence des statues libres, donnaient une impression de servitude. Elles étaient présentes pour commémorer la victoire d'Actium et représentaient les nations vaincues par Auguste. De surcroît, elles symbolisaient l'irrésistible domination qu'exerçait les Romains en Méditerranée, au point d'en faire leur « mare nostrum ».

 

De ce fait, les décors du forum Augusti, était aussi imprégnés d'influences grecques. En sus de ses caryatides et de ses colonnes corinthiennes, des plafonds à caisson imitaient des modèles du IVème siècle av. J-C.  Dans « la salle du colosse », les tableaux d'Apelle qui représentaient Alexandre le Grand constituaient une référence à la royauté hellénistique. L'un de ses tableaux figurait Alexandre avec les Dioscures et la Victoire alors que le second le dépeignait sur un char avec une allégorie de la guerre les mains liées.

 

Au centre du forum, la statue d'Auguste sur son quadrige établissait un parallèle avec cette peinture. Dans ces conditions, le princeps se présentait comme l'héritier des monarques hellénistiques. Cette suggestion était renforcée par la présence de médaillons de Jupiter-Ammon, dont Alexandre avait été reconnu comme le descendant par l'oracle de Siwa en 331 av. J-C.


 
De par les références historiques et mythiques qu'il véhiculait, le forum d'Auguste réalisait un compromis entre tradition et innovation. Ainsi, le passé de la République était réutilisé par la propagande augustéenne pour suggérer que le principat en était la suite logique.

 


Les fonctions liées à la guerre et à la vie civique

 


En tant qu'espace public, le forum Augusti remplissait diverses activités. Outre ses fonctions commerciales, le monument abritait les tribunaux des préteurs urbain et pérégrin. Pourtant, c'est surtout la récupération d'aspects relatifs aux affaires militaires et civiques qui en faisait la vitrine du régime impérial.

 

Après la consécration du forum d'Auguste, les séances du Sénat dédiées à la réception des ambassades, aux guerres et aux triomphes se tenaient dans le templum Martis Ultoris. Ceci était une nouveauté car auparavant, quand le Sénat ne se réunissait pas dans la Curie, le lieu n'était pas choisi en fonction des questions à débattre. Sous la République, la seule exception était les délibérations relatives aux triomphes qui se tenaient en dehors de l'enceinte sacrée de Rome.

 

En effet, en franchissant le pomerium, un général aurait perdu l'imperium dont il avait besoin pour réclamer un triomphe auprès des sénateurs et pour participer à la cérémonie. En réalité, en associant le temple de Mars Ultor aux thématiques de la guerre et du triomphe, Auguste a procédé à un transfert de fonctions au détriment du Capitole.

 

Sous la République, cette colline était l'unique point de départ des magistrats revêtus de l'imperium qui partaient pour les provinces. En ajoutant une cérémonie supplémentaire de prononciation des vœux au temple de Mars Ultor, le princeps a marqué subtilement la prééminence de cet édifice sur le Capitole.

 

De la même manière, le temple de Jupiter capitolin demeurait le lieu d'arrivée des triomphes mais les généraux devaient déposer leurs insignes triomphaux dans le temple de Mars après la procession. S'ils paraissaient anodins, ces changements manifestaient pourtant l'étendue des pouvoirs d'Auguste. De facto, en dédiant un temple à Mars vengeur à l'intérieur du pomerium, l'empereur a élevé son dieu protecteur au rang de divinité poliade. Mieux encore, à partir du principat augustéen, la procession triomphale est réservée à l'empereur et à sa famille. Les autres généraux devaient donc se contenter de l'ovatio ou du port des ornementa triumphala . 

 

En dépit de sa nature, Mars Ultor n'était pas seulement associé à la guerre. D'autres cérémonies en relation avec la vie civique y prenaient place et renforçaient l'union entre le princeps et les Romains. Au printemps, il s'y déroulait notamment « la prise de la toge virile ». Lors de cet évènement, les jeunes gens âgés de seize ans se rendaient au temple de Mars pour marquer leur entrée dans l'âge adulte et y être inscrits comme citoyens. En fait, cette cérémonie existait déjà sous la République mais les jeunes hommes ne se rendaient qu'au Capitole et au Forum romanum.

 

Auguste s'est donc arrangé pour que son édifice participe à l 'intégration des nouveaux citoyens dans le corps civique. Enfin, dévolu à l'empereur seul, le rite de la plantation du clou était opéré à la fin d'une période censoriale. Il manifestait symboliquement que la communauté civique était entre ses mains car les citoyens devaient vivre pendant cinq ans selon la répartition qu'il avait effectué. Par ailleurs, en plaçant le census sous la protection de Mars, le princeps établissait un lien triangulaire entre sa personne, la divinité et le corps civique.


Par son organisation, sa décoration et les cérémonies qui s'y déroulaient, le forum d'Auguste était un cas exemplaire d'exploitation de la symbolique attachée aux lieux. Aussi, par le biais de la direction des affaires liées à la guerre et au contrôle de la communauté civique, ce complexe renvoyait à deux aspects essentiels de la fonction impériale. La construction de cet édifice fut un tel succès que pendant trois quarts de siècle, les Julio-Claudiens ont renoncé à rivaliser avec Auguste en matière de construction monumentale.

 


Alexandre Depont

 


Lexique 

 


Abside : Partie d'un édifice en forme d'hémicycle.

 

Architrave : Partie d'un entablement, qui repose directement sur les chapiteaux des colonnes ou des pilastres.

 

Attique : Etage qui couronne le haut d'un édifice et en masque le toit.

 

Caryatide : Statue féminine servant de colonne à un temple.

 

Cella : Sanctuaire d'un temple.

 

Cipolin : Marbre métamorphique veiné de vert et de blanc, originaire d'Italie.

 

Exèdre : Salle de conversation équipée de sièges ou de bancs et qui suit souvent un plan semi-circulaire.

 

Périptère : Edifice qui possède un péristyle externe constitué d'un seul rang de colonnes.

 

 

Bibliographie sélective 

 

BONNEFOND Marianne, « Transferts de fonctions et mutation idéologique : le Capitole et le Forum d'Auguste », L'Urbs : espace urbain et histoire (Ier siècle av. J-C - IIIe siècle ap. J-C). Actes du colloque international de Rome (8-12 mai 1985), Publications de l'Ecole française de Rome, 1987, volume 98, n°1.

 

COARELLI Fillipo, Guide archéologique de Rome, Hachette, 1998.

 

CHARLES-PICARD Gilbert, Rome et les villes d'Italie des Gracques à la mort d'Auguste, SEDES, 1997.

 

FREDOUILLE Jean-Claude, Dictionnaire de la civilisation romaine, Larousse, 1999.

 

PERRIN Yves, « Visite au forum d'Auguste », L'Histoire, n°365, 2011.

 

SABLAYROLLES Robert, « Espace urbain et propagande politique : l'organisation du centre de Rome par Auguste (Res Gestae, 19 à 21) », Pallas, 1981, Volume 28, n°3.

 


 

à lire aussi

Théories de Louis Jouvet sur le cinéma, le théâtre et l'acteur

Théories de Louis Jouvet sur le cinéma, le théâtre et l'acteur

Louis Jouvet révèle quelques secrets du métier d'acteur. Le cinéma et le théâtre philosophiquement analysés.

Introduction au rap et R&B coréens

Introduction au rap et R&B coréens

Au-delà de la k-pop. Introduction au rap et au R&B coréens.

Climats d'André Maurois, chef d'oeuvre du roman sentimental

Climats d'André Maurois, chef d'oeuvre du roman sentimental

En 1928, André Maurois publie Climats, un roman d'amour dont la profondeur psychologique fera date.

Nietzsche, père spirituel du nazisme?

Nietzsche, père spirituel du nazisme?

La question de la responsabilité morale de Nietzsche face à l'idéologie nazie et au génocide juif mérite une réponse tranchée

Les auteurs

 

Index des citations religieuses

 

Caricatures

 

Vous aimerez aussi

Qu'est-ce que l'amitié? Qu'est-ce qu'un ami? Philosophie

Qu'est-ce que l'amitié? Qu'est-ce qu'un ami? Philosophie

Qu'est-ce que l'amitié? Vaste question philosophique. Eléments de réflexion. Eviter la prédation.

 

 

Fléau de la rectocolite hémorragique RCH- un témoignage poignant

Fléau de la rectocolite hémorragique RCH- un témoignage poignant

Julie est une jeune femme de 28 ans. Depuis la découverte de sa maladie, la rectocolite hémorragique (maladie inflammatoire chronique de l'intestin, MICI), sa vie s'est brusquement assombrie.

 

 

Le cancer chez les enfants - quelques chiffres

Le cancer chez les enfants - quelques chiffres

Les cancers pédiatriques font les frais d'une recherche insuffisante en France. De fait, les cancers touchant les adultes polarisent la majorité des investissements existants.

 

 

Amine, 16 ans, tué à coups de marteau: ne dramatisons pas?

Amine, 16 ans, tué à coups de marteau: ne dramatisons pas?

Amine, 16 ans, est mort samedi 18 janvier à midi. L'adolescent n'a finalement pas survécu au coup de marteau reçu la veille en pleine tête, lors d'une bagarre aux abords de Paris.